Le contrôle de la douleur par l'hypnose.

L'hypnose est maintenant reconnue pour sa grande efficacité dans le soulagement des douleurs chroniques, là où les antalgiques, bien que très efficaces, ne répondent pas totalement à la dimension globale de ces douleurs.

L'hypnose est aujourd'hui entrée dans les protocoles hospitaliers de prise en charge de la douleur et aussi au bloc opératoire où elle est utilisée en anesthésie. Elle apporte beaucoup de confort aux patients pendant les opérations et aussi en post-opération car il n'y a plus les effets secondaires de l'anesthésie générale : nausées, fatigue, migraine, faiblesse musculaire.

 

Pour agir contre la souffrance, nous avons des ressources : notre inconscient.

Lorsque j'étais infirmière libérale, je faisais mes tournées en trottinette électrique. Et un matin, à 7h, j'ai eu un accident de la voie publique avec un bus qui m'envoya directement le visage dans le trottoir et j'ai senti mes dents de devant éclater en miettes dans ma bouche. A cette époque, j'étais déjà bien initiée à l'hypnose et l'auto-hypnose.

Il était 7h du matin, personne dans la rue et le chauffeur de bus à continuer sa course sans s'arrêter.

J'étais dans l'obligation de voir mes patients du matin, mon remplaçant était absent et je n'avais pas le temps d'aller aux urgences. Dans ma tête, à ce moment là, la priorité était de continuer les soins auprès des patients. Je tremblais, j'étais sous le choc de l'accident, toute seule et je voulais m'effondrer et pleurer. Sauf, que j'ai fait un autre choix, j'en ai décidé autrement. C'est ce qui s'appelle la résilience. Ma pratique de l'auto-hypnose m'a permis de solliciter mes ressources inconscientes instantanément et j'ai ordonné à mon cerveau d'attendre mon rendez-vous chez ma dentiste, que j'ai eu dans la soirée, pour lâcher le signal de la douleur.

En quoi l'hypnose peut-elle m'aider à contrôler la douleur?

J'ai « dis à mon cerveau » que j'avais bien compris la situation, que j'allais y remédier le plus rapidement possible et que pour le moment je devais continuer à travailler.

J'ai donc dissocié ces parties de mon corps : ma bouche, mes dents, mes terminaisons nerveuses, de mon esprit pour continuer confortablement ma route. L'hypnose fonctionne aussi simplement.

J'ai donc fait ma tournée de la journée sans aucune douleur et j'ai réussi dans le même temps à faire descendre le stress généré par le choc de l'accident au plus bas ce qui m'a évité d'en garder des émotions négatives telles que la peur (de remonter sur ma trottinette) et la colère (envers le chauffeur de bus). Les émotions négatives nourrissent et développent la sensation de la douleur.

Donc, pour faire face à la brutalité de l'événement imprévu, j'ai spontanément construit une analgésie et une désensibilisation. En négociation directe avec mon cerveau, mon inconscient et mon conscient j'ai dissocié mon corps et mon esprit le temps nécessaire à ma guérison chez la dentiste.

J'ai dé-focalisé mon attention sur autre chose que la douleur.

 

Car plus vous allez mettre de sens et être focalisé(e) sur la sensation de douleur et plus cette douleur vous sera présente et pénible.

 

C'est en cela que l'hypnose peut vous aider à contrôler la douleur. En vous permettant d'obtenir les outils nécessaires pour aller puiser dans votre inconscient vos propres ressources, parfois insoupçonnées, pour pouvoir dissocier votre corps ou une une partie de votre corps et votre esprit, le temps d'une guérison à venir.

 

Je suis déjà certaine que vous le faites déjà sans le savoir.

L'hypnothérapie pour faire face à la brutalité de l'événement imprévu..

Pour les douleurs chroniques, avez-vous mal à 100% de votre temps, à chaque moment de la journée et de la nuit, ou avez-vous des moments de soulagement?

En dehors des antalgiques, lorsque la douleur vous laisse tranquille c'est lorsque votre attention s'est déplacée sur autre chose. Ce qui rend la douleur moins présente et la vie plus confortable.

 

 

La douleur a de multiples composantes sensorielles, émotionnelles, sociales, professionnelles, affectives, cognitives et culturelles.

 

C'est un signal d'alarme qui permet de prendre conscience d'un mauvais fonctionnement.

Sachez que le contexte psychologique, social et émotionnel entre pour 90% dans la sensation de la douleur, les 10% autres correspondent à la perception réelle de la douleur.

Cela veut dire que pour une perception réelle de la douleur, votre état social, émotionnel et psychologique peut majorer la sensation de la douleur jusqu'à la rendre insupportable alors que fonctionnellement elle est juste une sensation ressentie pour vous alerter d'un dysfonctionnement biologique.

Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP),

« la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ».

La douleur repose donc avant tout sur le ressenti de la personne.

Dans le cas des 90% où la douleur est d'ordre psychosocioémotionnelle, ce n'est pas un hasard si la douleur s'inscrit dans un organe plutôt qu'un autre. Si elle est plus ou moins intense.

La douleur a sa raison d'être, elle est utile. Elle est l'un des signaux qui vous alerte que l'un ou l'autre des besoins de votre vie n'est pas satisfait.

Le travail en séance d'hypnose est de décoder le sens de cette douleur. Qu'elle est la correspondance entre le mal vécu et la douleur de l'organe? Comment et en quoi la douleur est-elle utile? Quels bénéfices secondaires en tirez-vous? Qu'est-ce que la douleur vous empêche de faire? Qu'est-ce qu'elle vous oblige à faire? Que se passerait-il en vous si elle diminuait, si elle disparaissait?

Pendant les séances, je vous donnerai des outils d'auto-hypnose pour vous permettre d'accéder à vos ressources inconscientes autant que vous le désirerez. 

Ce qui vous permettra de devenir complètement autonome dans la gestion de la douleur.

Ce qui améliorera considérablement le confort dans votre vie. 

Dans l'enfance et l'adolescence la douleur est une découverte, une information, une expérience.

Puis, très vite, sa gestion deviendra un apprentissage qui dépendra beaucoup de l'environnement, de la culture, de l'éducation, des croyances.

L'expérience de la douleur est à mettre en association entre une sensation de lésion corporelle, une perception somatique, et un vécu de menace. Ce vécu de menace lié à cette lésion développe un sentiment d'inconfort et de déplaisir, ou toutes autres émotions négatives. L'expérience de la douleur n'est jamais un événement sensoriel isolé mais dépend du contexte donné et de la signification obligatoirement associée à laquelle elle se rapporte : la croyance, l'émotion, l'attente liée à l'événement initiateur.

Arnaud (Rennes)

L'hypnose ça marche sur moi.

Virginie venait tous les jours à la maison pour faire mes pansements. Ca me faisait vraiment mal et les médicaments du médecin n'étaient pas très efficaces. Virginie m'a proposé si je voulais essayer l'hypnose et je n'ai plus eu mal pendant les soins et j'ai appris à gérer la douleur quand c'était avec son collègue ou avec le médecin.

Mme C. (Cesson-Sévigné)

Bravo, plus aucune migraine.

Je vous recommande les yeux fermés.

  • Facebook

26, rue Poullain Duparc

35000 Rennes

Les horaires d'ouverture

Lundi à vendredi: 9h-20h

Dimanche: 9h-13h

Sur rendez-vous

Virginie Le Corre

Hypnothérapeute

DÉVELOPPÉ PAR WIX FACTORY

2020 © TOUS DROITS RÉSERVÉS